Prévoir l'imprévisible

10/06/2016 | 1 minute de lecture

La révolution digitale est en marche, qu’on le veuille ou non, et avec elle ses changements de paradigmes, ses nouveaux comportements utilisateurs, mais aussi ses nouveaux médiums.

Les marques doivent s’adapter (ou disparaître comme on peut souvent le voir) et gagner absolument en rapidité d’adaptation, sans quoi elles se feront distancer. Cette vitesse d’adaptation doit se transmettre à l’ensemble de la marque, à chacun des endroits où la marque laisse ses empreintes.

Tout doucement nous devons ainsi faire évoluer nos guidelines, nos brand book, non plus comme des règles édictées dans la pierre, mais comme des “conseils”, comme une boite à outils où les acteurs de terrains viendront chercher ce dont ils ont besoin, des fondations permettant d’adapter la marque vers de nouvelles applications.

Beaucoup des guidelines que j’ai pu apercevoir ont tendance à aller beaucoup trop en profondeur, imposant des règles de façon très restrictive, laissant peu de place à l’agilité et aux acteurs du terrain. La faute incombant aussi souvent aux personnes en charge d’interpréter ces guidelines au sein des entreprises qui ne les questionnent pas face aux nouveaux besoins émergeant.

Le monde dans lequel les marques doivent évoluer devient de plus en plus complexe, de nouvelles applications jusqu’ici insoupçonnées voyant le jour et les guidelines édictées lors de la création d’une marque ne peuvent tout prévoir à l’avance. Dès lors, lors de la rédaction de guidelines, il faut pouvoir se réfréner d’édicter des règles trop restrictives et pouvoir se reposer sur les équipes de terrain qui devront, elles, faire les choix nécessaires.

Ce qui devrait tomber sous le sens, vu la définition même du mot guidelines (“a general rule, principle, or piece of advice”) n’est malheureusement plus le cas aujourd’hui, énormément des guidelines et consorts se transformant malheureusement en freins à l’évolution de la marque, par l’application d’une vision trop restrictive et procédurale.

Pour sortir d’une vision bureaucratique, il faut donc ouvrir nos guidelines pour laisser l’espace nécessaire à une marque pour prendre son essor.

Lire aussi : Changing pace: Gearing up for a digital shift