Tout vient à point...

22/08/2012 | 2 minutes de lecture

Un des gros problèmes dans ma profession (hormis l’ensemble listé sur ce magnifique site) est l’importance toute relative accordée au temps, à l’attente, à la maturation.

Bien sûr Internet (mais le graphisme aussi) est un secteur évoluant à grande vitesse, changeant constamment (c’est d’ailleurs l’un des plus gros défis actuellement : rester à la page.), mais à notre époque sous stress & anti-anxiolytiques, on semble oublier l’importance de laisser reposer quelque chose (un projet, une idée, …).

Les deadlines sont nécessaires (car je pense que l’on pourrait laisser un projet à un graphiste pendant un bon siècle sans être sûr d’avoir l’aval final. Il reste toujours une ultime modification, une dernière retouche, une amélioration possible, dans tout projet.), cependant, selon le vieil adage “Tout vient à point à qui sait attendre”. L’empressement est trop souvent source de problèmes, d’insatisfactions, d’imperfection.

Rome ne s’est pas construite en un jour, je crois sincèrement qu’il en va de même pour toute identité et tout site internet, toute rédaction de contenu, bref tout outil de communication.

Chacun de ces projets recouvre une partie importante de votre plus grande plateforme publicitaire au monde (j’ai nommé votre identité numérique), chacun ayant son importance, apportant sa pièce à l’édifice.

Combien de fois n’avez vous pas vu des tentatives de rattrapage sur des choses sorties trop vite, bancales, voir carrément affreuses? (on reparlera du concept de bad buzz un de ces quatre d’ailleurs!)

Partout en graphisme vous trouverez cette notion de maturation, de repos nécessaire, d’attente. Ce n’est pas pour rien non plus que de nombreuses entreprises de publicité, design & graphisme disposent d’espaces de détente, de repos, … car ces moments de déconnexion font partie intégrante du processus créatif (processus qui s’étale d’ailleurs bien au delà des heures de bureau!) et aident à la réalisation d’un projet.

Avant de livrer un résultat final, une petite journée (au moins) de latence permet d’éviter beaucoup d’erreurs de communication, et certains écueils.

De même, le processus créatif suit une certaine logique (même s’il n’est pas forcément nécessaire de tout comprendre, loin de là), les étapes s’enchaînant dans un ordre faisant sens.

Dès lors, il vaut mieux éviter de demander tout en même temps, ceci pouvant mener à des erreurs augmentant la charge de travail (et les coûts ou pire), obligeant de nombreux retours en arrière.

La livraison d’un modèle de document viendra donc logiquement après la réalisation d’une charte graphique, qui elle même vient après le choix d’un logo. Dans le web il en va de même, et jouer à la marelle entre ces étapes ne peut donc provoquer que de constants retours en arrière .

Ainsi, lors de votre prochain projet, réfléchissez bien avant de vouloir tout faire dans l’urgence, ou d’absolument sortir quelque chose en deux semaines, car une telle décision risque d’être bien plus dommageable que bénéfique à votre communication, et la rattraper pourrait vous coûter bien plus encore que de rallonger quelque peu le délai de base ;)